American Airlines prévoit 19 000 licenciements au mois d'octobre

Un appareil d'American Airlines sur le tarmac d'un aéroport.

La plus importante compagnie aérienne des États-Unis subit de plein fouet les contrecoups de la pandémie de COVID-19.

Photo : Getty Images / DANIEL SLIM

Associated Press

Le plongeon de l'activité dans l'aviation commerciale provoqué par la pandémie de COVID-19 incite American Airlines à éliminer 19 000 postes en octobre, a annoncé mardi le transporteur aérien.

Plus de 8100 agents de bord vont notamment perdre leur gagne-pain.

Les mesures annoncées par l'entreprise s'ajoutent aux 23 500 employés qui ont quitté leur emploi par l'entremise de départs volontaires, de retraites anticipées ou de congés de longue durée. En début d'année, American Airlines comptait environ 140 000 employés. La compagnie devrait compter moins de 100 000 salariés en octobre.

Le nombre de vols a dégringolé de 95 % en avril aux États-Unis, quelques semaines après la flambée du nombre de cas d'infection dans le pays. L'activité a repris du poil de la bête depuis, mais elle demeure en baisse de 70 % par rapport à la même période l'an dernier. Les transporteurs aériens affirment avoir besoin de moins de travailleurs.

L'annonce d'American Airlines survient une journée après la décision de Delta Air Lines de mettre à pied 1941 pilotes en octobre si la compagnie n'arrive pas à trouver une entente avec le syndicat représentant ces employés afin de réduire les coûts.

Le trésor public à la rescousse

En mars, les compagnies aériennes américaines ont reçu 25 milliards de dollars américains de la part du gouvernement fédéral dans le but de sauver des emplois pendant six mois. American Airlines a reçu le plus important montant, soit 5,8 milliards. Les transporteurs et leurs syndicats font pression sur le Congrès pour obtenir 25 milliards de plus et un sursis de six mois pour les suppressions d'emplois.

Lorsque le plan d'aide fédéral a été mis de l'avant, on supposait que d'ici le 30 septembre, le virus serait sous contrôle et que la demande serait de retour, ont souligné le chef de la direction d'American Airlines, Doug Parker et le président Robert Iso, dans un message aux employés.

Ce n'est évidemment pas le cas, ont-ils ajouté, en précisant qu'un nouveau soutien permettrait d'éviter les réductions d'effectif.

Le secteur aérien a été le seul à bénéficier d'un soutien spécial dans le cadre des mesures mises de l'avant par Washington en mars dernier.

COVID-19 : le nombre de cas en temps réel
Coronavirus
Dans une vidéo, Céline Dion explique pourquoi elle a changé
Musique
Convention républicaine : une réalité alternative
Politique américaine
Jacob Blake menacé de paralysie, la colère ne faiblit pas au Wisconsin
Forces de l'ordre
L'épidémie ralentit dans certaines régions du monde
Santé publique

Let's block ads! (Why?)